Impression à
la demande
Librairie Jeunesse Affiches,
papeterie
Dvd Décoration Mode Bijoux Gravures Moulages

Connaissance des Arts H.S. no 443 - Napoléon aux Invalides Musée de l'Armée - Tombeau de l'Empereur

Français 8,00 €
Anglais 8,00 €
Déplacez la souris sur la photo pour zoomer
Connaissance des Arts H.S. no 443 - Napoléon aux Invalides Musée de l'Armée - Tombeau de l'Empereur

Les Invalides, haut lieu napoléonien

Parler de Napoléon aux Invalides semble relever de la gageure voire pour certains, de la provocation, tant Napoléon est présent et même omniprésent dans l'hôtel voulu par et construit pour le Roi-Soleil.

Pour autant Napoléon, ou plutôt Bonaparte, car l'action se situe en 1802, possède quelques titres à reposer dans l'ensemble monumental imaginé par Louis XIV pour ses vieux soldats. A la fois caserne pour vétérans au nord, l'hôpital pour grands blessés au sud-est, hospice pour vieux officiers sans fortune au sud-ouest, l'hôtel royal des Invalides fut très malmené entre 1789 et 1793.

Le Premier Consul remit les choses en ordre, restaurant le culte dans l'église des soldats, remettant les vétérans dans la caserne et les grands blessés dans l'hôpital. Il les rendit aussi plus lisibles. La monarchie appelait indifféremment "invalides" les soldats caducs (en fait des vétérans au sens moderne) et les "estropiats", si bien qu'en 1788, sur les neuf mille six cents invalides gérés par l'hôtel, neuf mille cinquante étaient en fait des vétérans effectuant un service de réserve dans les cent-quatre-vingt-une compagnies d'invalides (soixante-quatre hébergées en l'hôtel et cent dix-sept détachées en province). En créant les compagnies de vétérance, Bonaparte clarifia définitivement la situation et le terme "invalides" prit alors son acception moderne.

Napoléon fit aussi évoluer les Invalides en leur ajoutant une dimension mémoriale. La décision de faire de la chapelle royale (le Dôme) le "Panthéon" des militaires fut concrétisée dès 1802 par l'installation de la dépouille de Turenne, suivie de celle du cœur de Vauban. Actuellement, la nécropole confiée à la garde du musée de l'Armée compte une centaine d'hôtes, dont Napoléon est le plus illustre et peut-être aussi le plus controversé. Si le "bord de la seine" retenu par Louis- Philippe pour accueillir sa dépouille n'est peut-être pas celui auquel pensait Napoléon en rédigeant son testament, le général Bonaparte de la campagne d'Italie, futur vainqueur d'Austerlitz, peut être accueilli ici sans arrière-pensée, entre les sépultures de Turenne et de Vauban.

Il est par ailleurs représenté dans les salles du musée de l'Armée par un ensemble d'objets et d'œuvres d'art - armes, uniformes, pièces d'équipement, peintures, effets personnels - qui constitue la plus importante collection relative à la Première République, au Consulat et à l'Empire. Elle témoigne de l'itinéraire de Napoléon Bonaparte depuis ses débuts à Brienne jusqu'à la défaite de Waterloo. Les visiteurs découvriront ainsi non seulement sa monumentale sépulture mais aussi les objets et œuvres qui témoignent de son parcours, ainsi que des actes de ceux qui l'accompagnèrent, des membres de sa famille aux simples grognards, en passant par la cohorte des maréchaux de l'Empire.

Général Robert Bresse, Directeur de l'Etablissement public du musée de l'Armée

A découvrir également...
Contactez-nous Boutiques & distributeurs Partenaires Conditions générales de vente Mentions légales Crédits