Héros, errants d'une histoire à contretemps - Le salon littéraire, artistique et musical de Madame de Rayssac

Déplacez la souris sur la photo pour zoomer
Héros, errants d'une histoire à contretemps - Le salon littéraire, artistique et musical de Madame de Rayssac
Héros, errants d'une histoire à contretemps - Le salon littéraire, artistique et musical de Madame de Rayssac
Héros, errants d'une histoire à contretemps - Le salon littéraire, artistique et musical de Madame de Rayssac
50 €
Disponible

Sous la IIIe République, les salons se multiplient à Paris et s'imposent comme une pratique culturelle essentielle de l'aristocratie et de la bourgeoisie.
Au milieu de cette floraison exceptionnelle, Madame de Rayssac tient salon. En véritable muse, elle réunit, de 1870 et 1890, un cénacle où se rencontrent intellectuels et artistes, toutes générations confondues, dans un climat d'émulation. Elle compte alors, parmi les habitués des mercredis soir, des personnalités telles que les peintres Paul Chenavard, Louis Janmot, Odilon Redon, le compositeur Ernest Chausson, les poètes parnassiens Victor de Laprade, Saint-Cyr de Rayssac, Paul de Musset, les critiques d'art Hippolyte Peisse, Charles Blanc et Jules Boissé, et les musicographes Charles de Massougnes et Charles Grandmougin.

Née en 1846 à Paris, Berthe d'Alton-Shée est élevée dans un milieu aristocratique. Elle apprend la littérature, le chant et le piano, et découvre la vie mondaine dans le célèbre salon de sa marraine, Caroline Jaubert. À seize ans, elle est confiée à la famille du peintre Louis Janmot (1814-1892), auprès duquel elle apprend le dessin et la peinture à travers un style épuré et gracieux. L'atelier de Janmot voit s'épanouir une esthétique singulière. Berthe d'Alton-Shée y joue déjà le rôle d'une jeune muse, inspirant les poètes et posant pour les peintres. Elle épouse le poète Saint-Cyr de Rayssac.

Ne figurant dans aucun répertoire des principaux lieux de mondanité, le petit cercle qu'elle a formé s'est imposé à la fois par sa discrétion et par un caractère marginal revendiqué à l'envi par ses membres. Ceux-ci prônent une esthétique dissidente fondée sur des goûts profondément originaux. L'attachement persistant au romantisme allemand, au lendemain de la guerre franco-prussienne, en est une expression marquante - tout comme la dénégation de la nature, de la science et des sensations, au profit de l'art, de la spiritualité et de la fantaisie.
Occultant le naturalisme et l'impressionnisme contemporains, le salon de Madame de Rayssac permet, par ailleurs, d'envisager le glissement esthétique entre le romantisme et le symbolisme affectant les arts, les lettres et la musique dans les années 1870.

Cet ouvrage, issu du mémoire de recherche de master II soutenu par Sarah Hassid, a reçu le prix de l'Association de l'École du Louvre 2011.

Nombre de pages
328
Nombre d'illustrations
225
Date de parution
Novembre 2015
EAN
9782711861224
Dimensions
21 × 29,7 × 2 cm
Auteur
Sarah Hassid : diplômée de l'École du Louvre, doctorante en histoire, Université de Paris-1 (sujet de la thèse : L'imaginaire musical dans la peinture, la critique et la théorie de l'art en France dans la première moitié du XIXe siècle).
Collection
Collection Mémoires de recherche de l'École du Louvre
Format
Broché
Langue
Français
Editeurs
École du Louvre, Les éditions Rmn-Grand Palais

Rechercher des articles similaires par rubrique

Par thème

Par courant artistique

Derniers articles consultés

Librairie