Retour
Mais où est donc Pompon ?

Mais où est donc Pompon ?

Lorsque dans les années 1920, le sculpteur François Pompon se promenait au jardin des Plantes à Paris, observant un ours blanc, se doutait-il qu'il allait bientôt sculpter l'œuvre préféré des enfants ? Aujourd'hui, l'ours de Pompon habite au musée d'Orsay. Mais parfois, il en a assez de rester toujours ...
Lire la suite

14,90 €

Caractéristiques

Nombre de pages :
48
Dimensions :
27,3 × 26,2 × 1,3 cm
Artiste :
François Pompon (1855-1933)
Courant artistique :
XIXème
Nombre d'illustrations :
48
Musée :
Musée d'Orsay
Thème :
Animaux
EAN :
9782754109666
Référence :
MX805942

Éditeur

Publication :
Octobre 2016

Notre sélection

Les avis Babelio

3.67 / 5
bouma
Le 07/02/2021
Quoi de mieux que le jeu pour faire découvrir l'art aux enfants ? Cette co-édition Hazan-Musée d'Orsay l'a bien compris et propose aux jeunes lecteurs une balade picturale à travers les oeuvres les plulire la suite...
Fabrice38
Le 30/11/2016
L'ours blanc de François Pompon est une sculpture monumentale exposée au musée d'Orsay. Le jeu du livre consiste à retrouver Pompon plus ou moins bien caché dans uns sélection des plus belles oeuvres dlire la suite...

L'œuvre et son artiste

François Pompon (1855-1933)

Fils d'un artisan ébéniste, François Pompon entre à l'École des Beaux-Arts de Dijon après avoir travaillé la pierre et le bois à Saulieu pour gagner sa vie. Il étudie l'architecture et la sculpture et acquiert quelques rudiments de gravure. En 1874, il part pour Paris et entre en relations avec les entrepreneurs qui transforment le Paris du Second Empire. Il exécute des figures décoratives et des cariatides pour la façade de l'Hôtel de Ville puis entre comme praticien chez Rodin où il restera quinze ans. Il lui faudra attendre l'âge de 67 ans et le Salon de 1922 pour accéder au succès avec "l'ours blanc". Connu surtout comme sculpteur animalier, il exaltera le lyrisme de la lumière dans le poli des surfaces et l'économie de détails. Après avoir été conservées au Jardin des Plantes, les Trois cents pièces léguées par François Pompon ont été transférées définitivement à Dijon, au Musée des Beaux-Arts.